Gimel les Cascades

À proximité de Tulles en Corrèze, Gimel, les Cascades  compte parmi les sites les plus pittoresques du Limousin. D’une altitude de 446m avec 794 habitants, c’est un des lieux touristiques les plus visités du département de la Corrèze.

Les cascades de Gimel sont classées (c’est les premier site à être classé en France) et sont le deuxième site le plus visité en Corrèze.

Village fleuri, il possède un riche passé historique et un très bel architectural.

Dans une gorge sauvage, la rivière La Montane se fraie un chemin au milieu des rochers et se précipite en magnifiques cascades d’une hauteur totale de 143m. On les visite en suivant des sentiers aménagés qui traversent le Parc Vuillier dont la propriété et l’exploitation sont privées.

Les cascades dont composées de trois chutes successives : le Grand Saut (45m), la Rédole (38m) et la Queue de Cheval (60m).

Dans le village se visitent, l’église St Pardoux, la chapelle des Pénitents et les vestiges  du château médiéval dit de “la Roche Haute”.

Visitez également l’artisanat d’art  : Le Saut du Loup et La Forge.

L’histoire de Gimel :

Un ermite qui vivait au temps de Clovis eu l’idée de créer un oratoire sur un promontoire contourné par la Montane.

Une église paroissiale fut bâtie à cet endroit. Dédiée à Saint-Étienne, premier martyr, elle vit ses vestiges restaurés en 1993.

Autour de ce lieu appelé Braguse, s’y développa un petit bourg.

Le bourg actuel est cité dès 936 avec son église dédié à Saint Pardoux.

Le village possédait autrefois deux châteaux : le château-bas ou de la Roche-Basse et le château haut  ou le Roche-Haute.

Cette dualité de bourg pourrait expliquer le nom Gimel (Jumeaux) (en langue d’Oc ; dzumel, gemella en latin).

Lors des guerres de religion, la maison de Gimel s’illustre avec le baron François de Gimel.

Les troupes royales alliées à la milice de Tulle et à des paysans armés font le siège du château à Gimel.

Lors de la nuit de Noël 1594, le baron est obligé de capituler.  Les vainqueurs ordonnent la démolition du château bas.

Gimel et Saint-Pardoux, jusqu’à la Révolution, était une paroisse du diocèse de  Limoges.

Lors de la seconde moitié de 19ème siècle, le bourg connait une croissance démographique grâce à la construction du chemin de fer. Néanmoins, ce pic précède une diminution constante dès 1900 jusqu’à 1980.

Dans les années 1877-1880, une importante filature vit le jour dans les dépendance du bourg. Cette construction fut entreprise par Augustin Pouyer-Quertier, ministre des finances d”Adolphe Thiers.

Site Internet de la commune :

https://www.gimellescascades.fr/